French

Magic in the Moonlight de Woody Allen

Ivan Magrin-Chagnolleau

English Version.


Sincère ou manipulatrice ?

Dans son nouveau film Magic in the Moonlight, Woody Allen revisite un thème qui lui est cher, celui du spiritisme et de la vie après la mort. Et il le fait avec beaucoup d’humour et de légèreté.

L’histoire se passe dans les années 30 dans le sud de la France, en Provence et sur la Côte d’Azur. Il raconte l’histoire d’une jeune femme, Sophie, interprétée par Emma Stone, qui semble être une jeune médium prodige, et qui officie dans la haute société du sud de la France. Or, il se trouve que cette histoire arrive aux oreilles de Stanley, un homme plus âgé, qui se trouve être un très grand prestidigitateur, dont la marque de fabrique est de jouer sur scène le rôle d’un grand magicien d’origine orientale, mais qui est en même temps un esprit très rationaliste, et dont la fierté est de réussir à démasquer les plus brillants charlatans du spiritisme. Sophie est donc la proie idéale et il se rend immédiatement dans le sud de la France pour faire sa connaissance, et bien sûr, la confondre.

Ce film est un excellent Woody Allen. Tout d’abord grâce à l’ambiance, à l’atmosphère que ce dernier arrive à créer tout au long du film. On flirte avec la comédie, avec la romance, mais aussi avec la nostalgie. Et c’est ce mélange qui est délicieux et qui fait qu’on ne sait jamais vraiment sur quel pied danser. La réalisation est magnifique, les mouvements de caméra subtils, et les couleurs pastel ainsi que la lumière presque toujours en demie teinte splendides. Le travail de Darius Khondji (The Immigrant, Amour, Midnight in Paris, The Interpreter, Seven, etc.) est remarquable.

Il faut aussi noter les formidables interprétations d’Emma Stone et Colin Firth, tous les deux à contre-emploi. Emma Stone joue en effet une jeune femme très subtile, qui semble tout à fait naïve, et dont on ne sait pas jusqu’au bout si elle est sincère ou non, amoureuse ou simplement manipulatrice. Ou bien est-ce un peu les deux ? Colin Firth joue le rôle d’un misanthrope sympathique, dont on ne sait jamais non plus s’il souhaite réellement démasquer Sophie ou s’il préfère succomber à son charme. Ou bien est-ce les deux en même temps ? À noter également la très belle interprétation de Simon McBurney dans le second rôle d’Howard, un ami très proche de Stanley.

Le film repose aussi sur un formidable suspense émotionnel. Le sceptique et légèrement cynique Stanley succombera-t-il finalement à des sentiments amoureux pour la belle Sophie, ou bien son esprit rationaliste et son désir de la démasquer prendront-ils le dessus ? Un suspense émotionnel comme Woody Allen sait les dépeindre à la perfection !

Tous ces ingrédients font de Magic in the Moonlight un Woody Allen d’excellente facture et plein de grâce, à voir et revoir sans aucune modération.


Bio d’Ivan Magrin-Chagnolleau